Enquêtes informatiques

Pour les affaires d’adultère et d’infidélité, on pense tout de suite à prendre contact avec un détective privé pour une filature ou une surveillance. Mais dans beaucoup d’affaires, les informations se trouvent sur des supports numériques, des disques durs, des clés USB, voire sur certains site ou réseaux sociaux.

Notre mission, c’est de trouver les informations dont vous avez besoin en utilisant des techniques d’investigation numérique que nous développons depuis 1999.

La recherche d’information par l’enquête informatique

Vous avez assurément mille et une raisons vous motivant à faire appel aux services d’un enquêteur de droit privé, et pas uniquement dans les litiges en cybercriminalité. Peut-être souhaitez-vous protéger votre réputation, enquêter sur une personne en particulier pour une quelconque raison, récolter des preuves qui vous serviront au tribunal, obtenir certaines précisions avant de prendre une décision importante dans un procès… Vous pouvez avoir de très bonnes raisons d’engager un professionnel de l’enquête et de la filature, avec des solutions informatiques pour l’enquête numérique.

Rechercher la preuve numérique avec les enquêtes informatiques
Rechercher la preuve numérique avec les enquêtes informatiques

Quels que soient les éléments d’information que vous cherchez à obtenir, l’agent de recherches privé et son équipe vous font profiter de leur expérience en matière de recherches d’informations pour vous apporter les informations dont vous avez besoin.

La preuve numérique

La LOI n° 2005-493 du 19 mai 2005 autorisant l’approbation de la convention sur la cybercriminalité et du protocole additionnel à cette convention relatif à l’incrimination d’actes de nature raciste et xénophobe commis par le biais de systèmes informatiques peut servir de fil pour nos investigations.

La Loi vise à harmoniser les législations nationales en matière d’incrimination dans le domaine du cyberespace. Mais nous mettrons en place des mesures pour favoriser certaines identifications. Elle fournit une liste des comportements en répression desquels chaque État partie s’oblige à instaurer des sanctions pénales dans son droit interne, la mission de l’avocat sera donc d’exploiter les informations que nous pourrons trouver.