Dans quelques années, on ne se posera plus la question de savoir ce que signifie la blockchain, comme on le fait maintenant quand on se sert d’Internet.

Cette révolution numérique va impacter la notion de preuve, et générer de nouveaux litiges.

Les détectives privés intègrent la blockchain

Si vous n’avez jamais entendu parler de cette technologie, il faut retenir que c’est une solution innovante basée sur la distribution non centralisée d’une gigantesque base de données, un grand-livre comptable partagé.

Une des premières applications, la plus connue, c’est la monnaie virtuelle comme le Bitcoin.

Enquêtes en cybercriminalité
Enquêtes en cybercriminalité

Bitcoin (de l’anglais bit : unité d’information binaire et coin « pièce de monnaie »), est d’une part une monnaie virtuelle de type monnaie cryptographique et d’autre part un système de paiement pair-à-pair, présenté par une personne sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, qui annonce son système en 2008

On parle souvent des crypto-monnaies parce qu’elles sont associées à des activités criminelles illicites. En France,  plus de 14 millions de personnes victimes de cybercriminalité durant l’année.  On a assisté dernièrement à une multiplication des attaques par déni de service (DDoS) sur les plateformes d’échange de bitcoin.

Mais de nouveaux moyens de preuves par la blockchain  seront bientôt recevables devant les tribunaux.

Quels sont donc les risques liés à l’utilisation de Bitcoin ? Comment empêcher les criminels de l’utiliser pour blanchir l’argent sale ? le Bitcoin a intéressé les cybercriminels, car il était fondé sur un système intraçable .

Pas besoin d’être un informaticien pour se rendre compte que l’intérêt des personnes autour des monnaies virtuelles explose ces derniers temps.

La blockchain remet en cause l’existence même de tiers dits “de confiance”, et concerne donc directement les activités bancaires. Elle a des répercussions sur les géants de l’économie du partage , puisqu’elle rend inutile le recours aux intermédiaires. On pourrait ainsi imaginer un service semblable à Uber ou Airbandb. Un smart contract” signé avec un assureur, pourrait stipuler qu’un versement sera effectué dès que certaines conditions seront réunies.

A ce jour, on est bien loin d’imaginer les bouleversements qui seront causés par la technologie et les enquêtes numériques. Mais il semble que le principal atout sera le renforcement de la confiance.

Contact : Alain STEVENS – Tél 06 12 55 19 80 – Mail vigifraude@gmail.com

Vous pouvez nous envoyer un mail à l'adresse vigifraude@gmail.com ou bien utiliser ce formulaire. Si vous n'avez pas reçu de réponse sous 2 jours, envoyez-nous un SMS au 06 12 55 19 80.